Différentes techniques de peintures

Il existe différentes techniques de peintures.

On en trouve à base d’eau comme l’aquarelle, la gouache, la tempera, l’acrylique, l’encre ; d’autres à l’huile, à la cire ou même différentes.

Certaines peuvent même être confectionné de manière artisanal et datent de plusieurs siècles !

 

Techniques à base d’eau

L’aquarelle

Cette technique utilise des pigments finement broyés avec de l’eau gommée. Elle est souvent pratiquée sur un support papier légèrement épais mais peu également être utilisée sur la soie !

Lorsque le papier est sec, la transparence de l’aquarelle s’impose.

Composition

  • pigments naturels ou synthétiques
  • un liant : gomme arabique
  • glycérine ou miel
  •  fiel de boeuf
  • épaississants : amidon, dextrine
  • agents conservateurs

Avantages

  • le faible encombrement du matériel et la possibilité d’une exécution technique rapide la fond souvent servir à la réalisation de pochades, de peintures d’études, BD, d’oeuvres d’extérieur et nomades
  • pour vous aider, vous pouvez dessiner au crayon le motif souhaité et “colorier” par la suite votre oeuvre avec la peinture aquarelle
  • les couleurs aquarelles se présentent sous divers conditionnement : godets, tubes, crayon, craies, aquarelles liquides…

Inconvénients

  • il vaut mieux bien maîtriser la technique car le trait de peinture ne peut être effacé
  • le blanc n’existe pas, il vaut mieux bien maîtriser le mélange des couleurs (pour les jeux de lumières)
  • un peu plus difficile pour les débutants

Les pinceaux

Je vous conseille des pinceaux qui retiennent bien l’eau. Les brosses plates pour les grandes surfaces et des pointes fines pour les détails seront l’idéal.

 

Le saviez-vous ?

Avant la naissance des tubes de peintures (environ 1840), l’aquarelle fut la peinture la plus prisée. Elle est souvent utilisée pour des esquisses de paysages et terminée en atelier.

 

Quelques suggestions

 

 

La gouache

Vient de l’italien “guazzo“, cette peinture à l’eau gommée, comme l’aquarelle, demeure couvrante et opaque. Le liant ou le solvant utilisé pour cette technique reste l’eau gommée (gomme arabique) et se dilue à l’eau, on l’appel donc “peinture à la détrempe”.

Composition

  • gomme arabique
  • le liant ou solvant
  • pigments

Avantages

  • elle se mélange facilement avec d’autres médiums ou colorants solubles dans l’eau
  • même séchée, la gouache remélangée à l’eau peut à nouveau servir
  • tant qu’elle n’est pas vernie, on peut la retravailler même des années après !
  • nettoyage facile
  • bien qu’elles soient opaques, les gouaches peuvent se diluer jusqu’à retrouver la transparence proche de l’aquarelle
  • bonne tenue et résiste au temps, UV (meilleures que les peintures à l’huile)
  • contrairement à l’aquarelle, elle convient très bien au débutant (premières peintures des enfants)
  • on peut utiliser divers supports : bois, verre…

Inconvénients

  • l’application en couche très épaisse se craquelle et peut se décoller du support s’il est souple
  • si elle n’est pas protégée par un verre ou vernie, elle reste vulnérable à l’eau !
  • certains pigments demeurent toxique et polluant
  • il convient donc d’éviter d’utiliser la gouache sur la peau !

Les pinceaux

Tous types de pinceaux (naturelles ou synthétiques) peuvent convenir selon le motif (épais ou fins).

 

Le saviez-vous ?

Certaines oeuvres du Moyen Age ont été égalées à des “gouaches” sans qu’elles possèdent toutes les qualités de séchage rapide et d’opacité des gouaches actuelles.

A l’origine, la gouache était une aquarelle à laquelle on ajoutait un constituant afin de conserver la luminosité de la peinture tout en la rendant couvrante. Les liants utilisés actuellement dans l’industrie sont les liants méthylcellulosique et la glycérine.

Quelques suggestions

 

La Tempera

Le terme “tempera” est tirée du latin qui veut dire mélanger la peinture à l‘eau avec l’oeuf comme liant.

Composition

  • les pigments
  • principalement du jaune d’oeuf (il peut y avoir parfois l’oeuf entier)
  • faible pourcentage d’agent conservateur

Avantages

  • la technique la plus solide
  • une fois sèche, elle ne se dissout ni l’eau ni à la térébentine ni à l’alcool
  • on peut la confectionner soi-même !
  • possibilité de superposer les couches
  • convient bien au support bois recouverts d’enduit, plâtres, toile (avec surface assez absorbante)
  • technique quasiment naturelle (plus respectueuse de l’environnement)

Inconvénients

  • séchage très rapide, cette technique n’est pas très adaptée pour la réalisation de fondus et des dégradés
  • l’oeuf la rend très sensible à l’humidité et aux moisissures
  • si vous réalisez la recette de cette peinture vous-même, évitez de la stocker afin d’éviter ces moisissures
  • ne pas oublier de vernir une fois l’oeuvre achevée car en séchant les couleurs ternissent
  • la conservation reste assez mauvaise, la peinture durcit vite à l’air libre

Les pinceaux

 

Les mêmes que la gouache, l’huile, l’acrylique…

 

Le saviez-vous?

C’est la peinture à l’eau la plus ancienne ! Elle était utilisée par les égyptiens, les byzantins ainsi qu’à l’époque médiéval, puis céda la place à la peinture à l’huile au XV° siècle.

 

Quelques suggestions

 

La peinture acrylique

La peinture acrylique est une technique picturale et utilise des pigments mélangés à des résines synthétiques. Elle se dilue à l’eau.

Composition

  • les pigments : souvent synthétiques
  • le liant : une émulsion d’eau et de résine acrylique ou polymère
  • une charge peut y être ajoutée afin d’augmenter le volume

Avantages

  • elle se dilue facilement à l’eau
  • les mélanges sont faciles à préparer
  • facilité d’application
  • polyvalence des supports
  • faible odeur
  • elle reste solide et indélébile
  • le temps de séchage très rapide (il existe des acryliques à séchages ralenti) contrairement à la peinture à l’huile (c’est pourquoi il demeure mon chouchou, j’adore travailler rapidement, dans l’instant)
  • si l’on souhaite on peut très bien commencer le travail avec l’acrylique et finir par la peinture à l’huile (mais l’inverse est impossible)
  • elle peut se mélanger à d’autres matières (par exemple le sable, terre…)
  • nettoyage facile des outils

Inconvénients

  • je la déconseille pour les artistes qui souhaitent prendre leur temps, le séchage reste rapide

Les pinceaux

Les mêmes que la gouache, l’huile…

 

Le saviez-vous ?

Cette technique utilise des pigments traditionnels mélangés à des résines synthétiques (latex). Inventée au milieu du XIX siècle au Mexique, elle apparaît en France vers les années 1960.

Quelques suggestions

La peinture à bombe aérosol

Cette peinture à l’acrylique est un spray a dispositif mécanique permettant de vaporiser un liquide en fines gouttelettes (aérosol). Souvent marginalisée par les graffitis, leurs oeuvres deviennent de plus reconnues.

Composition

  • peinture acrylique
  • substances chimiques en suspension dans un milieux gazeux

 

Avantages

  • elle peut s’utiliser sur tout support (carton, toile, bois, terre cuite, métal et plastique)
  • après séchage, bonne résistance aux agressions de pluie, de la lumière et des olvants organiques
  • séchage rapide, adapté pour un travail rapide
  • application direct, pas besoin de pinceaux

Inconvénients

  • odeur toxique (masque recommandé)
  • séchage rapide, donc pas très adapté pour ceux qui aiment prendre leur temps

Le saviez-vous ?

Les premiers “tags” apparaissent en 1960 à Philadelphie, les oeuvres sont réalisées par “Cornbread” et “Cool Earl”.

En 1969 sera le début du graffiti à New York. La première exposition d’art consacrée aux graffiti-artistes aura lieu en 1972 et dans la même année le maire de New York, John Lindsay, déclara la guerre aux  graffitis.

Quelques suggestions

L’encre

Souvent utilisée dans l’art chinois, dessin, l’écriture, la calligraphie,les tatouages, la décoration, elle peut être mélangée à l’aquarelle.

Généralement en noire, la substance reste fortement teintée. Il existe divers conditionnement : cartouches, flacons, bouteilles ou bidons pour son transport.

Composition

  • pigments a très bon pouvoir colorant
  • solution de mouillage
  • huile (lin ou tung, tournesol, tournesol, colza…)
  • additifs (cires ou siccatifs, antioxydants…)
  • parfois rajout de solvant
  • peut être d’origine animal (seiche, calamar, poulpe..)
  • peut être à base d’eau (sans solvant et donc plus respectueuse de l’environnement)

Avantages

  • idéal pour réaliser de jolies calligraphies
  • le résultat peut se rapprocher de l’aquarelle et apporter une touche d’exotisme
  • le travail s’effectue en nuance et subtilité
  • le temps n’a pas de prise sur elle, si l’encre offre une grande qualité, leurs éclats défient les siècles !
  • les bâtons d’encre de qualité se bonifie avec le temps et peuvent même avoir un avaleur de collection !

Inconvénients

  • elle tâche et reste difficilement lavable
  • évitez les endroits humides
  • il vaut mieux bien maîtriser la technique car les inconvénients restent identiques à l’aquarelle

Les pinceaux

Je vous recommande des pinceaux à polis naturels et surtout comme l’aquarelle, des pinceaux qui possèdent un bon pouvoir d’absorption. La taille s’évalue en fonction du motif (gros ou fin).

 

Le saviez-vous?

L’encre de Chine est introduite en Europe dès le Moyen Age, on en retrouve des traces sur des manuscrits du XIII siècle. Bien qu’une autre encre, l’encre de noix de galle, était déjà apparue au XII siècle.

Quelques suggestions

 

Technique à base d’huile

La peinture à l’huile

Cette technique picturale utilise des pigments et de l’huile siccative (le liant ou véhicule). Elle permet d’obtenir une pâte plus ou moins épaisse et grasse. Cette pâte s’applique à l’aide de brosses sur un châssis ou marouflée sur un panneau rigide. On peut utiliser d’autres supports : le carton ou le bois.

Plusieurs types de diluants et de médiums à peindre sont utilisés pour en faciliter l’application ou modifier sa texture.

Composition

  • pigments
  • liant (l’huile de lin purifiée ou l’oeillette)
  • diluant ou solvant (essence de térébenthine ou essence de pétrole)

Avantages

  • possibilité d’obtenir des effets de matières ou de reliefs avec une pâte assez consistante
  • résiste mieux à l’humidité que la gouache
  • idéal si l’on aime prendre le temps de mélanger ses couleurs, de récupérer une erreur et de retravailler son motif pendant plusieurs jours

Inconvénients

  • des substances toxiques peuvent y contenir
  • odeur plus forte que la peinture acrylique
  • si l’on aime travailler rapidement, le temps de séchage reste long

Les pinceaux

Les mêmes que ceux pour la gouache, l’acrylique…

Le saviez-vous ?

Son inventeur est le peintre flamand Jan Van Eyck (1390-1441). Mais depuis peu, des chercheurs auraient découvert dans les grottes afghanes de Bamiyan des vieilles peintures à l’huile datant du VII siècle !

En Occident, elle apparue à la fin du Moyen Age et les flamands la plébiscitent, éclipsant alors “la tempera”. Avec le temps, la technique évolue grâce aux progrès techniques et aux évolutions esthétiques.  Elle connut son plus grand succès durant la renaissance jusqu’au XX siècle.

Quelques suggestions

Technique à base de cire

La peinture à l’encaustique ou cerra colla

Cette peinture fut utilisée depuis l’Antiquité, puis dans l’art byzantin et redécouverte à la Renaissance (au nom italien de Cerra colla). Elle adopte des couleurs délayées dans la cire fondue, c’est-à-dire utilisant la cire d’abeille comme liant. Cette pâte est employée à chaud. Les supports utilisés sont le bois, la toile, pierre, plâtre.

Comme le détrempe, elle s’exploite en glacis transparents successifs.

Composition

  • pigments
  • cire savonnée (cire d’abeille, cire de carnauba)
  • colle de caséine
  • eau
  • ammoniaque

Avantages

  • résiste au temps voir des siècles !
  • on peut réaliser la recette soi-même
  • possibilités de variations techniques (compatible avec les médiums modernes)
  • divers supports (bois, pierre, plâtre, toile)
  • produit d’origine naturelle (plus respectueuse de l’environnement)
  • évite les odeurs toxiques

Inconvénients

  • ne pas oublier de vernir, les couleurs ternissent
  • bien mélanger, sinon la pâte ne sera pas homogène
  • le temps de séchage reste un peu long

Les pinceaux

Je vous recommande des pinceaux à poils naturels (chèvre, marte) et les couteaux à peindre.

 

Le saviez-vous ?

Le terme encaustique vient du grec : faire brûler, graver au feu, brûler intérieurement du feu du désir. Cette pratique remonte du Ier au V siècle en Egypte, des oeuvres intactes sur des sarcophages le prouvent ! C’est au VIII siècle qu’il fut détrôné par le détrempe pour y gagner un regain d’intérêt au XVIII siècle.

Quelques suggestions

Technique à base différentes

Le pastel

Le pastel est un bâtonnet de couleur employé en dessin ou peinture. Composé de pigments, d’une charge et d’un liant ; on observe deux types de pastels : les pastels secs (tendres et durs) et les pastels gras (à l’huile ou à la cire).

Composition

  • pigments : minéraux, ou organiques ou végétaux
  • une charge (craie ou plâtre)
  • un liant (gomme arabique, ou l’huile, ou cire)

Avantages

  • permettant un trait proche du crayon
  • large panel de formes, longueur, choix
  • facilement transportable (dessins d’extérieurs, nomades)
  • souvent un large éventail de choix de couleur ce qui permet une meilleure prise en main de l’outil
  • pas besoin de se soucier du temps de séchage (on peut travailler vite ou lentement selon l’envie)

Inconvénients

  • le pastel ne permet pas d’effectuer soi-même les mélanges de façon illimité (comme la gouache, l’acrylique ou l’huile…)
  • il vaut mieux se munir d’un large choix de couleur
  • les pastels tendres restent fragiles à manier, je vous conseille plutôt les pastels durs (plus solide)

Le saviez-vous ?

Inventé en France et en Italie à la fin du XV siècle par Leonard de Vinci grâce à l’impulsion de Jean Perréal.

Très prisé dès le XVII siècle, ou ses couleurs franches et son aptitude à imiter les tissus, les textures et les lumières le rend indivisible de l’art du portrait. Au XVIII siècle, le pastel profite de son apogée puis laisse la place à la peinture à l’huile peu après la Révolution française.

Quelques suggestions

4 thoughts on “Différentes techniques de peintures

Laisser un commentaire